Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

  • Vie de la cité
  • Patrimoine de Saint-Orens

Patrimoine de Saint-Orens

La ville de  Saint-Orens-de-Gameville est issue d'une fusion entre 3 communes en 1790 :

  • Gameville,
  • Lantourville,
  • Cayras.

A elles trois, la ville ne comptait à l'époque qu'environ 500 habitants. Son passé nous a laissé un patrimoine immobilier clairsemé.

Parmi les éléments notables de notre ville, nous disposons d'un site inscrit aux Monuments Historiques, et d'un site à protéger.

Ainsi, la place de l'église et ses alentours font l'objet d'un arrêté ministériel en date du 22 octobre 1942, les inscrivant parmi les sites à protéger. Suivant la volonté des Capitouls, l'église de Saint-Orens-de-Gameville a été construite au XIIème siècle.

L'église que nous voyons aujourd'hui est le résultat d'une reconstruction entre le XV et XVIème siècle. Eglise de type gothique, dont le style est typique de l'architecture Lauragaise, c'est un édifice tout en briques avec des arcs outre passés et des piliers extérieurs pour contrefort.

Le clocher, en forme d'éventail, avec un arc brisé à trois voussures, est percé de 5 ouvertures et 3 cloches. Il a été à plusieurs reprises remanié. L'église possède également une abside voutée en « cul de four ». La légende raconte que son bâtisseur aurait fait appel à Satan pour pouvoir la terminer à temps. 

clochet

 

 « L'entrepreneur se voyant dans l'impossibilité de livrer l'édifice le jour fixé, conclut avec Satan un pacte, en vertu duquel ce dernier s'engageait à terminer l'édifice le jour même, avant que le coq eut chanté, se réservant de prendre la vie à un des enfants de l'ouvrier. Le coq ne chantait pas et l'église allait être terminée, trois briques seulement manquaient au sommet du clocher. L'entrepreneur réveillant sa basse-cour réussit à faire chanter le coq et Satan s'enfuit abandonnant son ouvrage, l'église put être livrée sans qu'il en coutât la vie à personne ». Il parait que pendant de longues années, personne ne put placer ces briques et qu'il fallut attendre jusqu'à la fin du XIXème pour qu'elles y soient posées.

 

 

 

 

 

 

La croix en fer forgé de Saint-Orens, sur le rond-point a été datée de 1578 par le service archéologique du département. Elle a été inscrite sur l'inventaire complémentaire des monuments historiques de France par arrêté ministériel le 28 avril 1965.

 Croix de St o

 

 

Cette croix ne se rapporte pas au style classique des croix de fer de la région. La croix est constituée de deux fers plats se terminant en forme de fer de lance. La lance et l'éponge encadrent une effigie du Christ, également en fer forgé. La croix est scellée dans une pierre rectangulaire, posée elle-même sur un socle constitué de deux pierres superposées"

Soireealtigone