Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

Le moustique-tigre

Sensibiliser la population aux risques sanitaires et aux moyens de lutte contre la propagation du moustique-tigre.

Depuis quelques semaines, la Ville de Saint-Orens de Gameville suit la tendance nationale et est envahie par des moustiques communs et tigre.
Préoccupée par cette situation et soucieuse de veiller à l’information de la population, la Commune a pris contact avec l’Agence Régionale de la Santé (A.R.S.) et plus particulièrement le Pôle Prévention de la Direction Départementale de la Haute-Garonne.

En parallèle de dépliants mis à la disposition du public aux points d’accueil de chaque bâtiment communal et en ligne sur le site internet et la page Facebook de la Ville, voici les informations principales qui doivent être portées à la connaissance de chacun et en provenance exclusive de l’A.R.S. :

  • Le moustique-tigre a, en l’espace d’à peine 20 ans, colonisé les ¾ de la surface de la planète. Particulièrement prolifique, il ne peut être éradiqué, sauf en modifiant profondément les comportements et habitudes des populations.
  • Le moustique-tigre sur le territoire national est sain. Les deux cas déclarés de Dengue sur l’agglomération toulousaine, malgré le manque de précision de médias de grande audience, font suite à des voyages à l’étranger, dans des pays à risque, et dont la pathologie s’est déclarée sur le sol français. Ces patients étaient surveillés depuis leur retour en métropole et des mesures radicales ont été prises ces derniers jours pour annihiler tout risque de contagion.
  • Le moustique-tigre est un moustique urbain, contrairement au moustique traditionnel. Ainsi, il ne prolifère pas à proximité de lacs ou marécages mais dans des volumes d’eau beaucoup plus réduits tels que des coupelles sous les pots de fleurs, les petites flaques provoquées par l’arrosage automatique, les gamelles d’animaux dont l’eau n’est pas régulièrement changée, les récupérateurs d’eau, le mobilier ou la décoration de jardin tel que pied de parasol ou nain de jardin….
  • Contrairement au moustique traditionnel, le moustique-tigre pique de jour, et plusieurs fois par repas.
    Préconisations de l’A.R.S.

Chacun d’entre nous peut participer activement à la lutte contre la prolifération des moustiques et par des gestes citoyens simples, comme illustré sur les affiches déposées à l’entrée de chaque bâtiment communal :

  • Vider une fois par semaine tous les réceptacles pour éviter les eaux stagnantes (gamelle de chien ou de chat, coupelle sous les pots de fleurs, pied de parasol, pluviomètre en plastique, bâche de mobilier de jardin ….
  • Ranger à l’abri de la pluie et / ou des irrigations les outils de jardinage, les seaux, les poubelles…
  • Jeter les boîtes de conserves et les déchets de chantier
  • Couvrir de façon hermétique ou grâce à des voilage moustiquaire les récupérateurs d’eau 
  • Curer pour faciliter les écoulements d’eau les siphons d’évier et de fontaine, les rigoles, les gouttières…
  • Entretenir les piscines, les bassin d’agréments, les pompes, les regards et bornes d’arrosage.

A3 ARS Site Internet

 

Moyens de protection

L’A.R.S. déconseille aux communes de lancer des campagnes de démoustication intempestives et ce pour des raisons simples :

  •  La démoustication par pulvérisation d’insecticide ne tuant que les adultes, la période de calme ne dure pas plus de 3 semaines, le temps aux larves d’éclore et de se reproduire de nouveau.
  • L’utilisation répétée d’insecticides provoque l’immunisation du moustique face aux produits utilisés et donc l’inefficacité de ces derniers à court terme.
  • L’utilisation répétée d’insecticides peut provoquer chez les riverains et parmi un public particulièrement sensible comme les nouveau-nés ou les personnes âgées, des réactions allergiques sévères tels que des œdèmes de Quinck ou des insuffisances respiratoires
  • L’utilisation répétée d’insecticides a enfin des effets néfastes à moyen et long terme, sur la faune et la flore environnante, sur nos animaux de compagnie, nos potagers…

Les campagnes lancées sur les communes de Blagnac, Balma et Colomiers ont été mises en place sur la demande expresse de l’A.R.S. car les deux patients toulousains porteurs de la Dengue se sont rendus sur ces villes durant leur période contagieuse. S’il s’avérait que ces personnes soient venues sur le territoire de Saint-Orens, les services préfectoraux feraient immédiatement le nécessaire.
Le moustique-tigre a un périmètre de vie et d’action de 150m seulement, ce qui permet à chacun de pouvoir interagir facilement.


Les moyens de protection les plus simples et à la portée de chacun sont les suivants :

  • Le moustique-tigre ne peut piquer que s’il est complètement immobile. Equiper les pièces de vie de ventilateurs protège simplement et efficacement des piqûres les occupants des lieux.
  • Utiliser les produits et lotions anti-moustique mais avec modération car ils comportent des composants chimiques pouvant à forte dose provoquer des réactions allergiques.
  • S’équiper d’appareils anti-nuisibles tels que lampes à UV ou torches à la citronnelle….


Pour trouver d’avantage d’information il suffit de consulter les sites :
http://albopictus31.org/
http://www.eid-med.org/
http://www.cnev.fr/index.php
https://www.occitanie.ars.sante.fr/lutte-contre-la-dissemination-du-moustique-tigre-en-occitanie

Téléchargez ici :

 

Les membres du Conseil Municipal et les Services municipaux se tiennent à la disposition du public pour de plus amples informations.

 

 

 

nordlacchanterelles2copie